Les qualités d’un écrivain public diplômé

entretien écoute écrivain public

Le métier d’écrivain public ne s’invente pas. Il nécessite des qualités intrinsèques mais également un savoir‐​faire qui, par définition, s’apprend. Mais d’abord, qu’entend-on par écrivain public ?

Qu’est-ce qu’un écrivain public ?

Il y a presque autant de défi­ni­tions du métier d’écrivain public que d’acteurs. Néanmoins, le cœur de la pro­fes­sion se situe dans les per­ma­nences sociales au sens large. Un écri­vain public est la « plume » de l’usager/client : il rem­plit, en lieu et place du deman­deur, des for­mu­laires admi­nis­tra­tifs ou rédige des cour­riers. Le Centre d’Information et de Documentation Jeunesse (CIDJ) liste les pres­ta­tions pos­sibles : « Courriers de tous types, CV, tes­ta­ments, réécri­tures, tâches de for­ma­tion ou coa­ching, ate­liers d’écriture, for­mu­laires et dos­siers, mémoires, consti­tuent ain­si le tra­vail quo­ti­dien de l’écrivain public. L’écrivain public faci­lite aus­si la com­mu­ni­ca­tion écrite avec l’administration : Sécurité sociale, allo­ca­tion fami­liale, dos­sier médi­cal, ser­vices des impôts, du per­mis de conduire…»

Mais le métier peut être bien plus que cela. L’Université Sorbonne Nouvelle dis­pense l’unique diplôme natio­nal, une licence pro­fes­sion­nelle qui « forme des pro­fes­sion­nels de l’écriture capables de répondre aux besoins à la fois de la col­lec­ti­vi­té et des per­sonnes pri­vées, en appor­tant à tous publics une aide à la rédac­tion. » La plu­part des écri­vains publics com­plètent cette acti­vi­té sociale par des acti­vi­tés qui dépendent de leur par­cours et des com­pé­tences qu’ils ont déve­lop­pées : ate­lier d’écriture, com­mu­ni­ca­tion, tra­duc­tion, cor­rec­tion, trans­crip­tion, écrits lit­té­raires…

Les qualités d’un bon écrivain public

entretien écrivain public
entre­tien écri­vain public

Savoir écrire

Un écri­vain public, avant tout, sait manier la langue fran­çaise. Outre une connais­sance irré­pro­chable de l’orthographe, la gram­maire, la syn­taxe et la typo­gra­phie, il doit aimer écrire.

Savoir écouter

Deuxième qua­li­té essen­tielle : l’écoute. Il faut lais­ser la per­sonne s’exprimer, voire sus­ci­ter la parole. Les situa­tions ne sont pas tou­jours claires, le pro­fes­sion­nel doit écou­ter, poser des ques­tions, aider à la for­mu­la­tion. Il est néces­saire de com­prendre les inten­tions de l’usager/client, de les déco­der pour mieux les trai­ter ensuite. Car l’écrivain public est la plume d’autrui, il doit res­pec­ter ce pour quoi l’usager/client est venu le voir.

Connaître l’environnement social et juridique

L’une des qua­li­tés de l’écrivain public pro­fes­sion­nel, qui garan­tit son effi­ca­ci­té, est sa connais­sance des textes, des envi­ron­ne­ments juri­diques et sociaux, des par­te­naires, mais aus­si et sur­tout sa conscience exacte des limites de son inter­ven­tion. Il ne doit en aucune manière inter­fé­rer avec les autres pro­fes­sion­nels, mais redi­ri­ger au besoin les usagers/​clients vers des pro­fes­sion­nels dont c’est le métier. Cette ques­tion est par­ti­cu­liè­re­ment sen­sible lorsque l’on aborde des ques­tions d’ordre juri­dique. Et c’est là un des grands apports de la licence pro­fes­sion­nelle « Conseil en écri­ture pro­fes­sion­nelle et pri­vée – Écrivain public » de la Sorbonne Nouvelle, qui apprend la sub­ti­li­té du métier et pré­vient des risques déon­to­lo­giques à dépas­ser cette fron­tière. Franceline Bürgel, écri­vain public dans l’Isère, insiste sur le fait qu’ « avoir une bonne qua­li­té d’écoute, com­po­ser une façon d’être dans la rela­tion qui met l’interlocuteur en confiance, repé­rer ses propres repré­sen­ta­tions cultu­relles et sociales, ses pré­ju­gés, pour s’en affran­chir, gérer les émo­tions de son client et par­fois les siennes propres, conduire un ques­tion­ne­ment, sor­tir de son angle de vue propre pour don­ner du sens à une situa­tion vécue, ajus­ter et modi­fier son com­por­te­ment, la ques­tion des limites – la liste est loin d’être exhaus­tive – cela s’apprend, et de pré­fé­rence pas en fai­sant ses pre­mières armes au détri­ment de son client. »

Inspirer confiance

Et s’il était besoin de le pré­ci­ser, l’écrivain public doit faire preuve d’empathie (suf­fi­sam­ment, mais pas trop… il y a un équi­libre à trou­ver dans la « dis­tance pro­fes­sion­nelle ») et ins­pi­rer confiance. Ce qui signi­fie qu’il doit s’adapter à la per­son­na­li­té de son inter­lo­cu­teur.

Et aussi…

D’autres qua­li­tés sont impor­tantes éga­le­ment (liste non exhaus­tive !) :

  • la péda­go­gie : aider l’usager/client à com­prendre les rouages admi­nis­tra­tifs, l’informer sur les consé­quences de ses écrits ;
  • la culture géné­rale et la poly­va­lence, car la varié­té des demandes est illi­mi­tée ; c’est la satis­fac­tion de pou­voir répondre à une grande majo­ri­té de ces demandes qui fait toute la force du métier !

Faire appel à un écri­vain public diplô­mé, for­mé par la licence pro­fes­sion­nelle « Conseil en écri­ture pro­fes­sion­nelle et pri­vée – Écrivain public », est donc un gage de confiance et de sérieux.

2 thoughts on “Les qualités d’un écrivain public diplômé”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.