La Police de l’ écriture, Philippe Artières

La Police de l’ écri­ture. L’invention de la délin­quance gra­phi­que 1852–1945
Essai, Philippe Artières
Éditions La Découverte, 184 pages, 17€

Philippe Artières parle de son livre, La Police de l' écriture sur France Culture

Une fois n’est pas cou­tume, Plume & Buvard vous pro­pose de la lec­ture.

Parler aujourd’hui de « police de l’ écri­ture » évo­que plu­tôt le choix des carac­tè­res d’un trai­te­ment de tex­tes, et non l’ écri­ture « délin­quante » du XIXe siè­cle décrite ici par Philippe Artières.

Cette enquête cap­ti­vante sur le pou­voir sub­ver­sif de l’écrit est le deuxième ouvrage d’un trip­ty­que. Le pre­mier, Clinique de l’ écri­ture. Une his­toire du regard médi­cal sur l’ écri­ture décrit des métho­des mises en œuvre par le pou­voir médi­cal dès la moi­tié du XIXe siè­cle pour com­pren­dre et diag­nos­ti­quer le patho­lo­gi­que dans l’ écri­ture manus­crite, non par son contenu mais par sa gra­phie. L’auteur a le pro­jet, pour le troi­sième, de tra­vailler sur la for­ma­tion de la valeur finan­cière des docu­ments écrits et sur le per­son­nage du mar­chand de manus­crits.

« Le savoir médi­cal, poli­cier et mar­chand sur l’écrit construi­sent l’ écri­ture comme un véri­ta­ble objet social ; plus que la lit­té­ra­ture, ils par­ti­ci­pent à la construc­tion d’un « ordre du dis­cours » par­ti­cu­liè­re­ment effi­cace et dans lequel, à bien des égards, nous vivons encore » dit Philippe Artières dans son avant-​propos.

De fait, au cœur de la dyna­mi­que savoir/​pouvoir, il s’agit d’une his­toire fran­çaise de l’ écri­ture et de la lec­ture par la marge – cette marge qui est pré­ci­sé­ment la toile de fond de l’exercice du métier de l’ écri­vain public du XIXe siè­cle, consi­déré comme un intel­lec­tuel déclassé, assi­milé à sa clien­tèle anal­pha­bète. Cette repré­sen­ta­tion liée à l’histoire de notre métier nous colle par­fois encore à la peau [Lire sur Plume & Buvard, onglet EP, un métier, le rap­port d’enquête sur le métier de l’ écri­vain public].

L’Illettrisme, Grande Cause natio­nale 2013, a mon­tré que l’ écri­vain public est tou­jours un acteur de pre­mier plan de la lutte contre l’exclusion et pour l’égalité de l’accès au droit par tous, y com­pris et sur­tout par les plus dému­nis, par­fois mar­gi­na­li­sés.

D’où notre inté­rêt pour ce livre.
 

Lire l’avant-propos de l’auteur et les sec­tions libre­ment consul­ta­bles sur Google Livres

Écouter Philippe Artières par­ler de son livre sur France Culture

Quand la police se met à lire [28 mn]
La Suite dans les idées
Émission radio­pho­ni­que par Sylvain Bourmeau
le samedi de 13 heu­res 30 à 14 heu­res

Plume & Buvard

Administrateur et webmestre principal du site

Vous aimerez aussi...