Quand Léonard sollicite les services d’un écrivain public pour écrire sa lettre de motivation

Toute sa vie, Léonard de Vinci a rédi­gé des car­nets de notes et de cro­quis, d’une écri­ture « en miroir » de droite à gauche, plus pra­tique pour le gau­cher qu’il est, et pour en pro­té­ger le conte­nu. Ce jour­nal per­son­nel lui est cher, il y rem­plit en moyenne trois pages par jour. Ces quelques six mille pré­cieux feuillets – dits Codex – sont aujourd’hui dis­per­sés dans divers musées et biblio­thèques euro­péens.

Parmi les mille cent dix neuf pages du Codex atlan­ti­cus, conser­vées dans les coffres de la Bibliothèque Ambrosienne de Milan, l’une se détache du lot, parce qu’elle n’est pas rédi­gée de sa main ; il s’agit d’une lettre des­ti­née à Ludovic Sforza, duc de Milan. En 1482, Léonard de Vinci vient de quit­ter Florence pour Milan. Désormais, il veut vivre et tra­vailler en ingé­nieur. Il écrit à Ludovic Sforza pour pro­po­ser ses ser­vices ; il fait valoir ses com­pé­tences en ingé­nie­rie mili­taire, vante sa capa­ci­té à construire des armes redou­tables et des for­te­resses impre­nables. Une lettre de moti­va­tion, en somme.

Dans le film docu­men­taire de Julian Jones, Léonard de Vinci – Dans la tête d’un génie, dif­fu­sé les 16 et 20 novembre 2013 sur Arte, Francesco Braschi, conser­va­teur en chef de la Bibliothèque ambro­sienne explique ain­si la rai­son pour laquelle la lettre n’est pas de sa main : « Léonard a pro­ba­ble­ment fait appel à un écri­vain public, parce qu’il le jugeait plus qua­li­fié pour mieux tour­ner les phrases. »

Pouvions-​nous rêver meilleure légi­ti­ma­tion pour notre métier d’écrivain public que celle de Léonard de Vinci lui-​même ?

Voilà une belle claque au cli­ché misé­ra­bi­liste de l’écrivain public, intel­lec­tuel médiocre qui n’écrirait que pour les illet­trés. À chaque pro­fes­sion­nel ses com­pé­tences propres, que même les génies savent admettre.


▲ Lettre de Léonard de Vinci à Ludovic Sforza, dit le More, duc de Milan, 1482
Codice Atlantico, f. 1082 (ex 391r-​a), Bibliothèque Ambrosienne, Milan
Lire le texte de la lettre en fran­çais.

One thought on “Quand Léonard sollicite les services d’un écrivain public pour écrire sa lettre de motivation”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.