Le métier d’écrivain public dans les médias

Plume et Buvard pré­sente ci-​dessous une sélec­tion d’articles de presse et de dos­siers mul­ti­mé­dias évo­quant la pro­fes­sion et les pra­ti­ques de l’écrivain public. Vous trou­ve­rez d’autres arti­cles parus après la date de ce billet dans la rubri­que « Écrivains publics et médias ».

  • Reportage sur l’écrivain public du « 13 heu­res » de TF1 : Plume et Buvard réagit !
  • Ce n’est pas la pre­mière fois que nous nous retrou­vons face à une repré­sen­ta­tion réduc­trice et erro­née de la pro­fes­sion d’écrivain public dans un média. Mais, cette fois, Plume et Buvard a écrit à la rédac­tion. Lire la let­tre.

  • La let­tre écrite pour autrui. Pas la peine de crier, émis­sion radio­pho­ni­que de Marie Richeux dif­fu­sée sur France Culture (du lundi au ven­dredi de 16 heu­res à 17 heu­res).
  • Pour la troi­sième d’une série d’émissions consa­crées à la let­tre, Marie Richeux reçoit Nadia Carboni et Sarah Wohlgemuth, tou­tes deux écri­vain public, diplô­mées de la licence pro­fes­sion­nelle de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Lire l’article et écou­ter l’émission.

  • Écrivain public, ça existe encore ? Ma Vie d’adulte (BD), Éditions La Boîte à bul­les, avril 2012.
  • Nous ne résis­tons pas au plai­sir de par­ta­ger avec vous cette page de la bande des­si­née Ma Vie d’adulte : « Écrivain public, ça existe encore ? » répond la conseillère d’orientation à la ques­tion d’une can­di­date qu’elle doit conseiller pour son ave­nir pro­fes­sion­nel… Lire l’article.

  • « Profession : écri­vain public. » Film docu­men­taire de Patricia Bodet, avec la par­ti­ci­pa­tion de Cédric Bodet, dif­fusé sur France 5 dans l’émission Le Monde en face, pro­duc­tion France Télévisions /​Yami 2, 11 octo­bre 2011.
  • Un des rares docu­men­tai­res exis­tant sur le métier d’écrivain public. Lire l’article.

  • « L’Écrivain public, du cultu­rel au social… » Reportage de Nicole Debarre et Nicolas Poloczek dif­fusé sur la RTBF (Radio Télévision Belge Francophone), dans l’émission Transversales, 19 février 2011.
  • Le repor­tage insiste sur le rôle cultu­rel de l’écrivain public, notam­ment via les ate­liers d’écriture. Cet aspect encore méconnu du métier, qui dépasse le rôle social consen­suel qu’on lui recon­naît et à tra­vers lequel l’écrivain public pro­pose bien plus qu’une sim­ple aide à l’écriture, est rare­ment évo­qué par les médias. Lire l’article.

  • « Écrivain public béné­vole, une plume au ser­vice des autres ». Vies de famille, maga­zine natio­nal de la Caisse d’allocations fami­lia­les (CAF), mars 2010.
  • L’article décrit, de manière un peu cari­ca­tu­rale par­fois, les inter­ven­tions au quo­ti­dien d’un écri­vain public béné­vole qui tra­vaille pour la CAF : « Nul besoin de diplôme pour être écri­vain public » ou « L’écoute : une qua­lité essen­tielle de l’écrivain public béné­vole ». Mais cela est loin, très loin de suf­fire ! Venant de la CAF, ce papier nous a sur­pris, car nous connais­sons la fiche de poste exi­geante mise au point par la CAF pour recru­ter des écri­vains publics. Nous savons éga­le­ment com­ment la CAF s’engage par­fois loca­le­ment pour la recon­nais­sance et la pro­fes­sion­na­li­sa­tion du métier.
    Lire l’article.

  • L’écriture devient « ten­dance » dans les médias. Voir les arti­cles publiés par Le Midi libre, Le Monde, Le Monde Magazine, Le Nouvel Observateur, Libération, en 2009, 2010 et 2011.
  • On a pu voir en 2009–2010 deux films dont le héros est un « nègre » lit­té­raire : The Ghost Writer, de Roman Polanski, et L’Autre Dumas, de Safy Nebbou. Prétexte, ou sim­ple conver­gence de hasard édi­to­rial, cer­tains jour­naux comme Le Monde et Le Nouvel Observateur ont fait émer­ger le métier de « nègre », qui se pra­ti­que désor­mais au grand jour. Il a ins­piré un métier d’un nou­veau genre, le « bio­gra­phe privé » ou « nègre pour inconnu », que nous décrit à tra­vers des exem­ples Le Monde Magazine. Le quo­ti­dien Libération affirme, quant à lui, qu’« il vaut mieux avoir une belle plume qu’une belle gueule pour dra­guer ».
    On se dit que cette valo­ri­sa­tion de l’écriture ne peut être que pro­fi­ta­ble pour le métier. Lire l’article.

  • Écrivain public, vieux métier d’avenir. « Entreprendre. Un tra­vail plus social que lit­té­raire », Le Nouvel Observateur, 17–23 avril 2008, par Dominique Foing.
  • L’auteur donne la parole à de nom­breux inter­ve­nants pour dire que ce métier très ancien est en renou­veau depuis les années 1980, il cite des chif­fres pré­cis. Il mon­tre les habi­tuels deux pôles du métier. Il pré­cise que ce métier ne fait l’objet d’aucune régle­men­ta­tion bien que la mise en place de diplô­mes uni­ver­si­tai­res et for­ma­tions (pré­sen­tés dans un encart) ait per­mis de le reva­lo­ri­ser. La fin de l’article donne à la parole à des diplô­més de la licence pro­fes­sion­nelle de la Sorbonne Nouvelle, dont le pré­si­dent de Plume et Buvard en 2008. Lire l’article.

  • Meriem, écri­vain public. Le Monde, 16 avril 2008, par Ariane Chemin.
  • La jour­na­liste Ariane Chemin suit Meriem Benammour, écri­vain public à Sevran, pen­dant six de ses per­ma­nen­ces du lundi. À tra­vers les dia­lo­gues éta­blis par Meriem et de courts por­traits des per­son­nes qui vien­nent la voir, elle tente de res­ti­tuer le tra­vail au quo­ti­dien de l’écrivain public. L’article rend bien compte de la réa­lité du métier, et les écri­vains publics qui exer­cent dans un cen­tre social pour­ront faci­le­ment s’y recon­naî­tre. Lire l’article.

Plume & Buvard

Administrateur et webmestre principal du site

Vous aimerez aussi...