Il était une fois l’écrivain public

Il était une fois l’écrivain public… en Algérie. Le recours aux services d’un écrivain public, ou écrivain de rue, est encore très important sur l’autre bord de la Méditerranée, où celui qui exerce le fait souvent devant les bâtiments administratifs.

Si l’écrivain public est omni­pré­sent en Algérie, l’auteur rap­pelle qu’en France aus­si le métier se déve­loppe. Le jour­na­liste cite dif­fé­rents acteurs du métier (asso­cia­tion, syn­di­cat) et rap­pelle qu’une licence existe en France pour pro­fes­sion­na­li­ser ceux qui l’exercent, avant de sou­hai­ter qu’une telle évo­lu­tion se fasse dans son pays, les écri­vains publics lui ayant « confié qu’ils dési­raient s’organiser en asso­cia­tion pour récla­mer, des auto­ri­tés, un lieu de tra­vail décent ».

L'écrivain de rue - Constantinople (1878)
L’écrivain de rue – Constantinople (1878)

Selon lui la com­plexi­té crois­sante des démarches impo­sées par une admi­nis­tra­tion colo­niale de type napo­léo­nien dans un pays de tra­di­tion orale n’explique pas tout. Il met en cause l’accès res­treint aux études et à l’enseignement public fran­çais, avant l’indépendance de l’Algérie, aus­si bien que la qua­li­té de l’enseignement public algé­rien après cette der­nière, qui n’auraient pas per­mis aux Algériens, même let­trés, de rem­plir eux‐​mêmes leurs dos­siers admi­nis­tra­tifs.

L’auteur se demande ce qui se cache der­rière ce recours mas­sif aux écri­vains publics, qui eux réclament aux auto­ri­tés des condi­tions de tra­vail plus confor­tables, car ils estiment rendre un vrai ser­vice à la popu­la­tion. Bien que l’article n’apporte pas vrai­ment de réponse aux ques­tions qu’il pose, il met en lumière l’utilité sociale de l’écrivain public, d’autant plus indis­pen­sable dans un pays qui comp­tait encore en 2008 près de 26 % d’analphabètes.

Relisez ou ou télé­char­gez Il était une fois l’écrivain public, sous‐​titré La plume sergent‐​major et la pen­sion du Kabyle, article de Kamel Boudjadi paru dans L’Expression (jour­nal algé­rien) du 5 août 2008.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.