Des formations pour devenir écrivain public – conseil en écriture

Plume et Buvard vous présente ci-​dessous des formations pour devenir écrivain public ou pratiquer d’autres métiers d’écriture.

De l’utilité à se for­mer pour deve­nir écri­vain public

Aucun diplôme n’est requis pour exer­cer le métier d’écrivain public qui n’est pas réglementé.

À Plume et Buvard, nous encou­ra­geons cepen­dant les pos­tu­lants à se for­mer. Nous les enga­geons à bien regar­der le conte­nu des ensei­gne­ments des diverses for­ma­tions, en fonc­tion de ce qu’ils recherchent, de la façon dont ils envi­sagent d’exercer le métier, dans le sec­teur social, en cabi­net pri­vé, dans l’accompagnement admi­nis­tra­tif, le récit de vie, l’atelier d’écriture…

Au-​delà des ensei­gne­ments, une for­ma­tion per­met de réflé­chir sur le métier, de faire le point sur son pro­jet, de se consti­tuer un réseau à tra­vers ses com­pa­gnons d’études. Il nous paraît par­ti­cu­liè­re­ment impor­tant de bien connaître ses limites quand, par exemple, on se lance dans une rela­tion d’aide avec un public en demande.

Par ailleurs, à Plume et Buvard, nous défen­dons l’idée que la pro­fes­sion­na­li­sa­tion du métier d’ écri­vain public passe aus­si par la recon­nais­sance d’un diplôme natio­nal.

À la lec­ture de la fiche diplôme de la licence pro­fes­sion­nelle Conseil en écri­ture pro­fes­sion­nelle & pri­vée – Écrivain public de la Sorbonne Nouvelle Paris 3, on constate que tous les ensei­gne­ments ne sont pas cen­trés sur l’écriture. L’avantage est qu’on peut se pré­va­loir de cette for­ma­tion géné­ra­liste pour un exer­cice du métier poly­va­lent et pro­téi­forme, adap­té à des contextes très divers. Le nombre des heures de stage pra­tique (420 heures) per­met à l’étudiant de se rendre compte, sur le ter­rain, de la réa­li­té du métier. Cette licence forme des pro­fes­sion­nels plu­ri­va­lents. Cela est encore accen­tué par le pro­fil et l’expérience anté­rieure de la per­sonne qui l’exerce.

Voici quelques for­ma­tions pour deve­nir écri­vain public :

Licence pro­fes­sion­nelle Conseil en écri­ture pro­fes­sion­nelle et pri­vée – Écrivain public de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

La for­ma­tion est acces­sible aux titu­laires d’un bac+2. Elle pro­pose 394 heures de cours, 420 heures de stage pra­tique, 130 heures de pro­jet tuteu­ré et demande la rédac­tion d’un mémoire de fin de formation.

Diplôme natio­nal sous tutelle du Ministère de l’Éducation natio­nale.

À noter : on peut obte­nir le diplôme par le biais de la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) en jus­ti­fiant de trois années d’activité à temps plein comme écri­vain public.

(Si vous êtes dans ce cas, Plume & Buvard peut vous infor­mer sur les démarches pour obte­nir le diplôme par ce biais ; nous pen­sons en effet que la pro­fes­sion­na­li­sa­tion du métier passe aus­si à terme par sa recon­nais­sance par un diplôme national.)

Diplôme d’Université d’Écrivain public et d’Auteur conseil 

Ce DU est assu­ré à l’Université du Sud Toulon et du Var, dans le cadre de la for­ma­tion conti­nue.

La for­ma­tion est acces­sible aux titu­laires du bac. Elle pro­pose 320 heures de cours, 140 heures de stage (un mois) et un pro­jet tuteuré.

Pour en savoir plus, vous pou­vez contac­ter EPACA-​Sud, asso­cia­tion créée par onze écri­vains publics – auteurs conseils for­més à l’Université du Sud Toulon Var.

Diplôme d’Université Histoires de Vie en formation

Ce DU est assu­ré à l’Université de Nantes, dans le cadre de la for­ma­tion conti­nue.

La for­ma­tion est acces­sible au niveau Bac+2. En réponse à la pra­tique par­fois « sau­vage » de ce volet du métier, en plein déve­lop­pe­ment, la for­ma­tion entend abor­der la démarche bio­gra­phique de manière éthique et pro­fes­sion­nelle. Elle pro­pose 230 heures de cours sur deux ans.

→Le CNFDI (Centre natio­nal pri­vé de for­ma­tion à dis­tance) pro­pose une for­ma­tion d’écrivain public, qui dure de 6 à 12 mois, for­ma­tion sous contrôle péda­go­gique de l’État .

→Le CNED (Centre natio­nal d’enseignement à dis­tance), qui « assure pour le compte de l’Etat, le ser­vice public de l’enseignement à dis­tance » (extrait du décret 2009-​238 du 27 février 2009) pro­pose une for­ma­tion d’écrivain public inti­tu­lée « La com­mu­ni­ca­tion inter­per­son­nelle /​Ecrivain public ». Elle pro­pose une for­ma­tion en 7 modules dis­tincts à décou­vrir ici.

Pour ceux qui cherchent une for­ma­tion de rédacteur :

Master pro­fes­sion­nel Arts, lettres et langues, Métiers de la culture, Rédaction et édi­tion de l’écrit (REDE) de l’Université Paris Ouest, Nanterre La Défense

Diplôme natio­nal sous tutelle du Ministère de l’Éducation nationale.

Niveau de recru­te­ment : Bac+4 ; cours sur 2 semestres, stage obli­ga­toire de 2 à 4 mois le 2ème semestre, for­ma­tion acces­sible en contrat de professionnalisation

Ce mas­ter se veut une exi­geante for­ma­tion lit­té­raire. Son objec­tif est de for­mer des rédac­teurs de haut niveau grâce à la pra­tique de dif­fé­rents types de rédac­tion et d’exercices de style et d’argumentation. Les diplô­més ont une double com­pé­tence, rédac­tion­nelle et édi­to­riale, pour les métiers de la rédac­tion, de l’édition et de la cri­tique lit­té­raire ; ils maî­trisent l’écrit de sa pro­duc­tion à sa diffusion.

Master 2 Spécialité : Rédacteur et concep­teur de conte­nu mul­ti­mé­dia de l’Université de Nantes

Diplôme natio­nal sous tutelle du Ministère de l’Éducation nationale.

Pour ceux qui veulent se spé­cia­li­ser dans l’écriture mul­ti­mé­dia, avoir une connais­sance appro­fon­die des sup­ports et des outils numé­riques, une maî­trise des stra­té­gies séman­tiques et des condi­tions de lisi­bi­li­té, tant ico­niques que tex­tuelles, que sup­posent les nou­veaux médias.

D. U. Écriture créa­tive et métiers de la rédaction

Ce DU est assu­ré à l’Université de Cergy-​Pontoise, dans le cadre de la for­ma­tion continue.

Pour déve­lop­per des com­pé­tences créa­tives et rédac­tion­nelles fon­dées sur la pra­tique et la créa­tion, indi­vi­duelle ou col­lec­tive, et sur une culture lin­guis­tique, lit­té­raire et artistique.

Avertissement

Des lec­teurs inter­nautes nous inter­rogent par­fois sur la « valeur » des ensei­gne­ments de cer­taines formations.

Indépendamment du fait que nous n’avons aucune connais­sance directe des ensei­gne­ments déli­vrés dans les autres for­ma­tions que la licence pro­fes­sion­nelle, il n’est pas non plus de notre rôle d’émettre quelque juge­ment que ce soit, ni de dire si l’une est « meilleure » qu’une autre. Nous inci­tons les écri­vains publics en recherche de for­ma­tion à lire atten­ti­ve­ment les pro­grammes, en fonc­tion de leur pro­jet pro­fes­sion­nel, de ce qu’ils attendent d’une for­ma­tion, et de contac­ter direc­te­ment les res­pon­sables péda­go­giques de ces for­ma­tions pour être mis en rap­port avec des anciens élèves. Parfois la visite de forums peut aus­si être utile.

La licence pro­fes­sion­nelle de la Sorbonne Nouvelle Paris 3, ins­crite au Répertoire National des Certifications Professionnelles, est le seul diplôme natio­nal se rap­por­tant au métier d’ écri­vain public.

Plume & Buvard

Administrateur et webmestre principal du site

Vous aimerez aussi...

27 réponses

  1. wong dit :

    Bonjour,

    Je suis actuel­le­ment sala­riée dans une entre­prise et sou­hai­te­rais béné­fi­cier d’une for­ma­tion d’écrivain public dans le cadre d’une for­ma­tion pro­fes­sion­nelle (via le DIF par exemple).
    Auriez-​vous des infor­ma­tions à ce sujet ?
    En vous remer­ciant par avance,
    Sabine Wong

  2. Blanchard dit :

    Bonjour,
    Je suis Intervenante et média­trice sociale depuis 1996 dans le Loir et Cher à Blois, dans le milieu asso­cia­tif, j’ai acquis des com­pé­tences d’écrivain publique, mais je sou­hai­te­rais les faire reconnaître.
    Pourriez-​vous me don­ner des ren­sei­gne­ments sur la VAE « écri­vain public ».
    Merci à l’avance.
    Corinne B.

  3. Merabia Soraya dit :

    Mesdames, Messieurs,

    Je suis jeune retrai­tée et sou­hai­te­rais une for­ma­tion « écri­vain public ». Est ce pos­sible dans votre établissement ?
    Cordialement.
    S.Merabia

  4. TIENDREBEOGO dit :

    Bonjour,
    Je suis bur­ki­na­bé, ensei­gnante de fran­çais (titu­laire d’un DEA de lettres obte­nu à l’Université de Ouagadougou). J’ai mené une expé­rience d’auto-édition qui a abou­ti à l’édition d’un livre-​cassette de conte pour la jeu­nesse ayant pour titre « Escargoto ».
    Je désire me for­mer de façon for­melle en écriture- rédac­tion et édi­tion. Je suis donc très inté­res­sée par le Master pro­fes­sion­nel Arts, lettres et langues, Métiers de la culture, Rédaction et édi­tion de l’écrit de l’Université Paris OUEST Nanterre. Je vou­drais savoir s’il me serait encore pos­sible de béné­fi­cier d’une d’inscription pour la ren­trée 2014–2015 ?
    Recevez mes res­pec­tueuses salutations.
    (Données per­son­nelles suprim­mées, NDLR)

  5. dit :

    Bonjour,nous sommes une asso­cia­tion loi 1901 d’écrivains publics. Pouvez-​vous nous conseiller des ouvrages liés à ce domaine.

    Bien cor­dia­le­ment
    Tuan LÊ

  6. amel dit :

    Bonjour,
    Je suis débu­tante, donc sans notion des tech­niques d’écritures pour me lan­cer dans l’écris d’un roman, cepen­dant j’aime beau­coup écrire et sou­hai­te­rai réa­li­ser ce pro­jet . En cher­chant sur le net je suis tom­bé sur le site de l’écrivain Jocelyne BARBAS « l’esprit du livre » qui pro­pose une for­ma­tion (écri­vain public) de 11 mois sur plu­sieurs niveau 1_​2_​3 au choix, pour acqué­rir les bases. Je sou­hai­te­rai avoir votre avis sur cette for­ma­tion, qu’en pensez-​vous ? est-​il per­ti­nent de la faire ou bien cela ne vaut pas la peine de dépen­ser de l’argent ? Avez-​vous enten­du par­ler de cette écri­vain ? D’avance mer­ci pour votre réponse.

  7. HERVOIS dit :

    Bonjour,
    Je sou­haite suivre une for­ma­tion par cor­res­pon­dance sérieuse et géné­ra­liste, comme il est pré­ci­sé dans l’article ci-​dessus, pour deve­nir écri­vain public avec la pos­si­bi­li­té d’obtenir un diplôme d’Etat à la fin du cursus.
    Je recherche des cours par cor­res­pon­dance car je suis en retraite anti­ci­pée pour inva­li­di­té et me rendre à des cours serait trop com­pli­qué pour moi.
    Je ne m’inquiète pas pour l’organisation des pres­ta­tions que j’aurai à effec­tuer une fois le diplôme obtenu.
    J’espère avoir le plai­sir de vous lire très pro­chai­ne­ment et vous remer­cie de votre réponse.
    Bien cor­dia­le­ment. Brigitte Hervois

  8. Barland Anne dit :

    Bonjour,
    Je tra­vaille dans un centre social et depuis 8 ans j’ai mis en place du sou­tien admi­nis­tra­tif sur ma com­mune. Les demandes sont de plus en plus impor­tantes dans tous les domaines et je sou­haite pas­ser par une for­ma­tion pour pou­voir com­plé­ter mes connais­sances per­son­nelles et faire recon­naître ce métier. Depuis peu on parle d’écrivain public à voca­tion social , ce qui me cor­res­pond par­fai­te­ment. Quelle est la meilleure for­ma­tion a suivre actuel­le­ment pour m’orienter dans ce sens.
    Merci
    Mme Barland

  9. LANTERI dit :

    Bonjour,

    J’ai sui­vi une for­ma­tion de lec­teur cor­rec­teur au CEC Paris 5ème et ma for­ma­tion ini­tiale est un BTS de secré­ta­riat de direction.
    Je sou­hai­te­rais faire une licence pro­fes­sion­nelle dans ce domaine mais par correspondance.
    Pourriez-​vous me dire si cela existe ou s’il faut abso­lu­ment que cet ensei­gne­ment soit sui­vi en présentiel.

    Vous en remer­ciant par avance.

    Meilleures salu­ta­tions.

    Christine Lanteri

  10. Chabane dit :

    Bonjour,
    J’ai une licence de Lettres et j’ai exer­cé en tant qu’ ensei­gnante titu­laire de français-​histoire pen­dant 20 ans (Obtention du PLP2 après concours et for­ma­tion en IUFM) dans un lycée pro­fes­sion­nel public.
    De plus j’ai écrit une pièce de théâtre qui a été publiée. J’aimerais donc savoir si je ne pour­rais pas béné­fi­cier d’une équi­va­lence afin d’exercer en auto-​entreprise le métier d’écrivain public.
    Merci d’avance pour votre réponse. Cordialement.
    M.Chabane

  11. Gerbaud dit :

    Je suis inté­res­sée par : conseil en écri­ture pro­fe­sion­nelle et pri­vée. Ecrivain public de l’université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Comment fais-​t-​on pour s’inscrire ? Les coor­don­nées de l’université ?

  12. chentouf dit :

    Bonjour,

    Je recherche une per­sonne et/​ou écri­vain pour écrire l’histoire de vie de ma mère.
    Elle rêve depuis des années la racon­ter et pour­quoi pas la publier, en héritage.…
    Un cadeau que je sou­haite lui faire pour ses 70 ans , le 31 Aout 2014.
    Pouvez-​vous m’aider ou m’orienter.

    En vous remer­ciant par avance.

    S.CHENTOUF

  13. kiesgen dit :

    Bonjour,

    Dans le cadre du Dif et du Prec je cherche une for­ma­tion qui est d’ors et déjà prise en charge par employeur. Je
    suis déjà écri­vain je sou­haite pro­gres­ser. Il vous que vous soyez agréer, ins­tal­ler en France et que vous enseigner
    en France. Le devis doit être com­plet ( for­ma­tion incluant accom­pa­gne­ment sur un an par exemple) et être dans
    des
    condi­tions pré­cises ( 10500 euros maxi­mum et 160 heures).

    Je vous invite à me découvrir
    http://​www​.kies​gen​-de​-rich​ter​.fr

  14. Nathalie Mathieu dit :

    Bonjour,

    J’ai pour pro­jet de m’établir comme écri­vain public. Actuellement en acti­vi­té, je sou­hai­te­rais suivre une for­ma­tion à dis­tance et obte­nir un diplôme d’état pour com­plé­ter mes com­pé­tences et faire valoir une recon­nais­sance du métier. 

    J’ai pris connais­sance des for­ma­tions pro­po­sées par le CNFDI et par le CNED. La pre­mière me paraît plus com­plète que la seconde, mais n’ayant jamais enten­du par­ler de cet orga­nisme, j’aurais aimé savoir si les pres­ta­tions dis­pen­sées sont sérieuses et adap­tées. Savez-​vous si cet orga­nisme est recon­nu par le DIF ? La for­ma­tion pro­po­sée par le CNED me semble plus « légère », mais elle pré­sente l’avantage d’être aus­si moins coû­teuse. Sauriez-​vous me dire si elle per­met d’envisager tous les aspects du métier ? 

    Je suis titu­laire d’une maî­trise de Lettres modernes, d’un CAPES de Lettres Modernes et d’un CAPES de Professeur-​Documentaliste. J’ai 27 ans d’ancienneté dans l’Éducation natio­nale. J’ai par ailleurs sui­vi une for­ma­tion sur une année à l’animation d’atelier d’écriture avec l’Aleph, à Lyon. Est-​il pos­sible de faire vali­der ces diplômes et cette for­ma­tion pour obte­nir le diplôme par le biais de la VAE et par quelle structure ? 

    Par ailleurs, quelle forme d’entreprise pré­fé­rer pour l’exercice de ce métier ? Auto-​entrepreneur ? Travailleur indé­pen­dant ? Autre ? 

    Je vous remer­cie pour vos conseils.

    Bien cor­dia­le­ment,

    Nathalie Mathieu

  15. TOURAINE dit :

    Bonjour,

    Je suis actuel­le­ment cadre en entre­prise (de for­ma­tion ini­tiale BAC + 5) avec une très grande envie de voir ailleurs et de chan­ger de poste …

    Je suis très inté­res­sée par l’écrit et, aime­rais me lan­cer dans une reprise d’études « Devenir écri­vain public ».

    Je sou­hai­te­rais savoir quelles sont les for­ma­tions pos­sibles : cours du soir ? j’ai un DIF qui est com­plet ? Cours par correspondance ?

    Merci par avance votre retour,
    Cordialement,

  16. Christophe CAMPIN dit :

    chère Madame, cher Monsieur,
    Je suis titu­laire des diplômes suivants :
    – BAC LETTRES CLASSIQUES – MENTION BIEN
    – LICENCE EN ADMINISTRATION PUBLIQUE – MENTION BIEN -
    – MAITRISE EN DROIT JUDICIAIRE PRIVE
    – EXAMEN PROFESSIONNEL D’HUISSIER DE JUSTICE 

    Expériences pro­fes­sion­nelles :

    - 15 ans de prime clé­ri­ca­ture en Etude d’Huissier
    – 3 ans en tant que col­la­bo­ra­teur en cabi­net d’Avocat
    – 9 ans en tant que res­pon­sable conten­tieux dans un Grand groupe immo­bi­lier du Sud de la France.

    Quelles démarches dois je effec­tuer pour deve­nir écri­vain public compte tenu de mes diplômes ? Y a t’il des passerelles ?

    Merci pour vos futurs renseignements.

    Dans l’attente, rece­vez, chère Madame, Cher Monsieur, mes plus cor­diales salutations.

    Christophe CAMPIN

  17. BROUANT christophe dit :

    bon­jour,
    habi­tant l’île de la Réunion , je sou­haite deve­nir écri­vain public. Titulaire d’un bac + 2 (79−81), je pense m’orienter vers le sec­teur pri­vé : démarche à domi­cile, connais­sance de la langue Créole, confidentialité,empathie et approche com­mer­ciale. Pour cela j’ai besoin d’une for­ma­tion qui ne soit pas hors de prix. il y a bcp d’illettrés ds notre île. l’aspect réécri­ture d’un livre ne m’intéresse pas ; Je pré­fère tra­vailler avec une forte conno­ta­tion sociale.
    Merci de bien vou­loir me répondre et bonnes fêtes.

  18. Laurence Manesse Cesarini dit :

    Bonjour,
    Je viens d’adhérer à votre asso­cia­tion ren­con­trée sur la toile au cours de mes recherches de formation.
    Je suis essayiste, pro­fes­seur de phi­lo­so­phie contrac­tuel, rédac­trice en chef d’une revue en ligne : http://​revues​.msh​pa​ris​nord​.org/​a​p​p​a​r​e​il/
    et aide les auteurs à la pré­pa­ra­tion de leur PAC notam­ment pour les édi­tions l’Harmattan (relec­ture, cor­rec­tion, mise en page etc.). J’envisage aujourd’hui de créer une asso­cia­tion (art et culture en milieu rural pour le dire vite) et dans ce cadre j’aimerais pou­voir pro­po­ser le ser­vice d’ »écri­vain public ».
    Concernant mes études, je suis titu­laire d’un DEA en phi­lo­so­phie et je suis assez d’accord avec vous sur l’importance d’un Diplôme d’Etat. Compte-​tenu de mes diverses acti­vi­tés je me deman­dais s’il ne serait pas pos­sible d’obtenir, au moins en par­tie, la licence pro­fes­sion­nelle par le biais d’une VAE.
    Pourriez-​vous me don­ner votre avis sur la fai­sa­bi­li­té d’une telle validation ?
    Je suis bien sûr à votre entière dis­po­si­tion pour toute infor­ma­tion complémentaire.
    Bien cordialement,
    lmc

  19. Belle île dit :

    Les plus grands écri­vains ont écrit avec leurs tripes , pas avec des diplômes à gogo !
    Foutaise de chez foutaise !

  20. dupuy scarlett dit :

    bon­jour, je sou­haite avoir une infor­ma­tion, existe t il une pos­si­bi­li­té de for­ma­tion sur bor­deaux ? merci

  21. de floris catherine dit :

    Bonjour madame,

    Je suis pro­fes­seur de fran­çais mais ai démis­sion­né de l’éducation natio­nale depuis quelques années.Je suis diplo­mée de la sor­bonne et ai ensei­gné pen­dant près de 10 ans avant de me consa­crer à mon métier de mère de famille.Serait-il pos­sible pour moi qui aime beau­coup écrire de deve­nir écri­vain public?Merci ;
    Catherine de Floris

  22. mouello dit :

    Je sou­haite venir en aide à la rédac­tion de cour­rier per­son­nel où administratif.…
    Comment dois-​je m’y prendre pour suivre une formation ?
    J’ai 54 ans, 35ans d’expérience en ges­tion, compta…
    Merci de me renseigner !
    Cordialement
    Catherine Mouello

  23. KIM dit :

    Bonjour, je suis inté­res­sée par vôtre for­ma­tion d’écrivain public.
    Passionnée d’écriture depuis l’adolescence, j’écris des poèmes chaque jour depuis plu­sieurs années.
    Je sou­haite apprendre le métier d’écrivain afin de décou­vrir ce qu’est pour moi ce métier qui est passionnant.
    Si vous êtes inté­res­sé à mon pro­fil, n’hésitez pas à me contacter.
    J’ai 29 ans, j’ai les diplômes du BEP et CAP vente.
    Cordialement.
    Mademoiselle KIM

  24. carcelli dit :

    Bonjour,
    je cherche une for­ma­tion d’écrivain/correcteur (que j’ai déjà exer­cé pour une petite mai­son d’édition mar­seillaise) diplô­mante qui puisse se faire à dis­tance. En effet, l’université de Toulon est assez loin de mar­seille et je tra­vaille… Il sem­ble­rait que cela n’existe pas, en tout cas je ne trouve rien qui pour­rait cor­res­pondre. Auriez-​vous d’autres « tuyaux » ? ;o)
    Merci d’avance et bonne journée
    Isabelle

  25. RATOVONONY Andrée dit :

    Madame, Monsieur,

    Bonjour,
    Je sou­hai­te­rais deve­nir Ecrivain Public. A cet effet, j’aurais vou­lu obte­nir de votre part les ren­sei­gne­ments y affé­rents pour être opé­ra­tion­nels dans les plus brefs délais.

    En sub­stance, je me pré­sente : Française d’origine mal­gache, je suis née le 24 avril 1952 à Tananarive – Madagascar.

    Je suis juriste de for­ma­tion [(En Droit à l’Université de Droit et à l’Institut d’Etudes Judiciaires à Madagascar), en sciences cri­mi­no­lo­giques et sciences cri­mi­nelles à l’Institut de Criminologie (ASSAS – Paris II), au DEA de Droit pénal et sciences pénales (Paris II) et au DEA : Droit des Affaires et Droit Economique (Paris I) ] ;

    Et de pro­fes­sion (Une dizaine d’année d’exercice dans la magis­tra­ture à Madagascar, et ce après avoir :

    1) été lau­réate au concours de la magis­tra­ture, clas­sée 8è sur 100 candidats) ;

    2) par­ti­ci­pé à un sémi­naire à Addis Abeba (Ethiopie) et effec­tué des stages en France [Ecole Nationale de la Magistrature (ENM) à Paris : dans la fonc­tion de Juge des Enfants ; puis une Formation dans les Pratiques de la Conciliation et de la Médiation Judiciaire] et en Allemagne [Stage de recherche à l’Institut Max -Planck – Institute à Freibourg im Breisgau]; 

    3) tenu une Conférence à l’Institut Max -Planck – Institute à Heidelberg ; 

    4) tra­vaillé dans une Association en charge de la Médiation sociale et juri­dique (Adulte -Relais); 

    5) occu­pé la fonc­tion de Directrice et Gérante d’une Scop Arl dans la fonc­tion de Juriste conseil.

    Vous vou­drez bien trou­ver ci-​après mes coordonnées :
    Madame Andrée RATOVONONY
    (Données per­son­nelles sup­pri­mées, NDLR)

    Je vous serais recon­nais­sante de bien vou­loir me faire par­ve­nir votre réponse dans les délais qui vous semblent les meilleurs.

    Fait à Villeneuve Saint Georges, le 02 juillet 2012

    Andrée RATOVONONY

  26. JOLY Claire dit :

    Bonjour,

    Je sou­hai­te­rai pré­pa­rer une licence pro­fes­sion­nelle d’écrivain public dans le cadre de la VAE, je suis titu­laire d’un BTS et j’ai exer­cé cette pro­fes­sion durant 5 années.

    J’ai envoyé un mail à la Sorbonne, res­té aujourd’hui sans réponse.

    Dans l’attente de vous lire,

    Cordialement

    C. JOLY

  1. 4 août 2017

    […] pou­vez à la fois vous for­mer, et adhé­rer à l’association Plume et Buvard […]