Écrivain public bénévole, une plume au service des autres

Écrivain public bénévole, une plume au service des autres, article paru dans Vies de famille, le magazine national de la Caisse d’allocations familiales (CAF), en mars 2010.

L’article décrit (de manière un peu cari­ca­tu­rale par­fois) les inter­ven­tions au quo­ti­dien d’un écri­vain public béné­vole qui tra­vaille pour la CAF, et dit : « Nul besoin de diplôme pour être écri­vain public ».

Venant de la CAF, ce papier nous a sur­pris. Nous connais­sons en effet la fiche de poste très exi­geante mise au point par la CAF pour recru­ter des écri­vains publics. Nous savons éga­le­ment com­ment la CAF s’engage par­fois loca­le­ment pour la recon­nais­sance et la pro­fes­sion­na­li­sa­tion du métier, par exemple la direc­tion de la CAF 95 dans le cadre du comi­té de pilo­tage de Garges-​lès-​Gonesse, qui a abou­ti à l’exposition Écrivain public : Un Lien dans la ville.

Loin de nous l’idée de dis­cré­di­ter le tra­vail des écri­vains publics béné­voles pour lequel nous avons le plus pro­fond res­pect, mais l’idée de « béné­vole » ne doit abso­lu­ment pas se confondre avec celle de « dilet­tante ». À Plume et Buvard, nous enga­geons expres­sé­ment les pos­tu­lants à se for­mer. Cela nous paraît indis­pen­sable, sur­tout s’ils envi­sagent de pra­ti­quer le métier dans une rela­tion d’aide à la per­sonne, qui est l’essence du métier. « L’écoute : une qua­li­té essen­tielle de l’écrivain public béné­vole », dit cet article du jour­nal de la CAF : cela ne suf­fit pas !

Lire ou télé­char­ger l’article : Écrivain public béné­vole, une plume au ser­vice des autres (Vie de Famille, CAF, Mars 2010).

Plume & Buvard

Administrateur et webmestre principal du site

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. jeanpert dit :

    bon­jour
    j’aimerais que l’on m’aide à écrire un livre sur ma vie ?

  2. Prince Bernadette dit :

    Bonjour Monsieur

    Je me per­mets de faire appel à vous, mal­gré que ce soit, vous me direz :personnel.….Mais je ne trouve plus les mots.…
    Début Juillet, je vais rece­voir la médaille du tra­vail , par l’entreprise fami­liale dans pour laquelle je tra­vaille depuis 20 ans. Avec les docu­ments les cer­ti­fi­cats de tra­vail qu’il faut remettre pour jus­ti­fier ma car­rière, je vais en rece­voir 3 ( je n’en deman­dais pas autant) car je suis plu­tôt dis­crête et effa­cée, mais pour ma col­lègue qui est l’épouse de mon patron, peut-​être que pour eux, cela puisse être une petite publicité.
    Socièté pri­vée : nous sommes 4 employés dont le couple de gérants.
    Alors j’aimerais faire un petit dis­cours pour remer­cier. Si vous pou­viez m’aider.….Je serais la plus heureuse !

    Par avance, je vous remer­cie, d’une part de prendre connais­sance de mon mes­sage et de me dire si vous vou­lez bien faire quelque chose pour moi, très simplement.

    Je vous com­mu­nique mon n° télé­phone per­so ( aux heures des repas et le soir bien sûr, quelque soit l’heure ) au (Données per­son­nelles sup­pri­mées, NDLR).
    Sincères salutations
    Bernadette Prince

  3. Prince Bernadette dit :

    en attente de vos nouvelles

    Merci vrai­ment
    Bernadette Prince

  4. Chafik dit :

    Bonjour,

    Je cherche un écri­vain publique béné­vole sur Lyon et les allons tour, pour écrire un livre, n’ayant pas les moyens de payer un écri­vain publique et ne sachant pas com­ment m’y prendre, j’aimerais avoir votre aides.
    Cordialement Mr chafik

  1. 3 avril 2016

    […] L’article décrit, de manière un peu cari­ca­tu­rale par­fois, les inter­ven­tions au quo­ti­dien d’un écri­vain public béné­vole qui tra­vaille pour la CAF : « Nul besoin de diplôme pour être écri­vain public » ou « L’écoute : une qua­li­té essen­tielle de l’écrivain public béné­vole ». Mais cela est loin, très loin de suf­fire ! Venant de la CAF, ce papier nous a sur­pris, car nous connais­sons la fiche de poste exi­geante mise au point par la CAF pour recru­ter des écri­vains publics. Nous savons éga­le­ment com­ment la CAF s’engage par­fois loca­le­ment pour la recon­nais­sance et la pro­fes­sion­na­li­sa­tion du métier. Lire l’article. […]