Des biographes pour M. Toulmonde

Les biographes « privés », le biographe « familial », seraient-​il en passe de devenir l’un des marronniers de la presse écrite ?

Cet article de l’AFP, paru notam­ment dans Le Point et France 24 le 27 sep­tembre 2013 ne nous apprend en effet pas grand chose de nou­veau sur le thème.

Pour ne pas dépas­ser cer­taines limites ni connaître de déboires, on peut tout de même en déduire qu’il vaut mieux faire appel à un bio­graphe for­mé et expé­ri­men­té, et pour­quoi pas diplô­mé ? Avant de se lan­cer pour la toute pre­mière fois, les étu­diants de la licence pro­fes­sion­nelle « Conseil en écri­ture pro­fes­sion­nelle et pri­vée – Écrivain public » sont ini­tiés aux tech­niques de la bio­gra­phie dans un « ate­lier d’écriture de la bio­gra­phie » d’une quin­zaine d’heures, par­tie de l’UE Écritures d’une cen­taine d’heures. Certains pour­suivent leur appren­tis­sage par un stage pra­tique en réa­li­sant une bio­gra­phie ou un récit de vie.

Des bio­graphes pour M. Toulmonde, article écrit par l’Agence France Presse (AFP) et paru dans Le Point et sur France 24 le 27 sep­tembre 2013.

Lire l’article sur Le Point.

One thought on “Des biographes pour M. Toulmonde”