Débat public à Rennes : La pauvreté, un marché ?

Dans le contexte d’une poli­tique géné­rale de réduc­tion des effec­tifs et des bud­gets de la fonc­tion publique et des orga­nismes assu­rant des mis­sions de ser­vice public, l’écrivain public, en posi­tion de tout pre­mier plan lorsqu’il s’agit d’aide sociale ou de créa­tion de lien social, se trouve de plus en plus dans l’obligation de diver­si­fier son offre, d’élargir le cadre de ses usa­gers, pour vivre de son métier.

La Licence pro­fes­sion­nelle Écrivain public – Conseil en écri­ture pro­fes­sion­nelle & pri­vée, seul diplôme d’État qui valide le métier, a dû adap­ter son pro­gramme péda­go­gique et chan­ger d’intitulé. Elle s’appelait aupa­ra­vant Licence pro­fes­sion­nelle Écrivain public – Assistant en démarches admi­nis­tra­tives et en écri­tures pri­vées.

L’écriture au ser­vice d’autrui, ce n’est pas un simple ser­vice, c’est être dans la rela­tion, dans l’interaction, dans le par­tage des savoirs. C’est encore plus vrai quand on s’adresse à un public fra­gi­li­sé. Les écri­vains publics refusent que leur métier se réduise à une logique de consul­ting.

Aussi sommes-​nous par­ti­cu­liè­re­ment inté­res­sés lorsque s’annonce un débat comme celui orga­ni­sé conjoin­te­ment par Minga (concept quet­chua qui signi­fie « tra­vail col­lec­tif en vue d’un objec­tif com­mun »), Attac (Association pour la taxa­tion des tran­sac­tions finan­cières et pour l’aide aux citoyens) et le Sitf (Syndicat inter­pro­fes­sion­nel des tra­vailleurs sociaux étu­diants) le 13 mars pro­chain à Rennes.

La pau­vre­té : un marché ?
Comprendre l’offensive du social busi­ness
Débat public /​13 mars 201318 heures 30
Locaux asso­cia­tifs Kennedy
11 rue de Flandre 35000 Rennes

Plus d’infos sur le site de Minga
Lire ou dif­fu­ser le com­mu­ni­qué d’annonce du débat